inomed

La douleur chronique : des traitements faisant intervenir la cryothérapie et la radiofréquence

La thérapie interventionnelle et la douleur chronique : des traitements systématisés avec inomed

La douleur persistante, également connue sous le nom de douleur chronique est extrêmement invalidante pour les patients ; la douleur chonique est souvent à l'origine de toute une série de réactions secondaires telles que des contractures, des atrophies et des durcissements musculaires. Si les patients souffrant de douleurs chroniques se comportent alors de façon à se ménager, ce sont des structures saines qui sont à leur tour soumises à de plus fortes contraintes. On entre alors souvent dans un cercle vicieux dans lequel la douleur chronique se laisse cependant très facilement briser par les traitements interventionnels de la douleur. La douleur chronique et aiguë représente toutefois un défi de taille pour le patient aussi bien que pour le praticien.

La douleur chronique et les traitements interventionnels de la douleur signifient pour le praticien qu'il doit faire appel à un procédé mini-invasif ayant pour objectif de réduire durablement les troubles de cette « douleur chronique ». La douleur chronique peut ainsi être maîtrisée en interrompant de façon sélective ou en modifiant la perception de la douleur au niveau des voies nerveuses concernées à l'aide d'un procédé neurodestructeur. Chez les patients souffrant de maux de dos chroniques intenses, cette méthode peut représenter un grand soulagement. Les procédés mini-invasifs percutanés représentent une solution de choix pour ce type de douleur chronique. Selon la méthode, on introduit des électrodes ou des sondes le cas échéant via des canules sous contrôle visuel et contrôle par stimulation électrique. Il existe une première possibilité, la cryothérapie >> : elle consiste en l'application de froid sur les nerfs périphériques pour créer une lésion (cryolésion). Les résultats sur la douleur chronique sont très bons. Congeler le nerf provoque un axonotmésis ; la gaine du nerf reste toutefois intacte et permet une régénération du nerf. Cette méthode est tout particulièrement indiquée pour les douleurs résistantes aux traitements de la région de la colonne vertébrale, dont la forme la plus fréquente est la douleur articulaire zygapophysaire lombaire.

La douleur chronique : la thérapie par radiofréquence du tissu nerveux

Une deuxième possibilité est la thérapie par radiofréquence, créant des thermolésions sur le tissu nerveux. Si elle est correctement indiquée, elle représente une méthode extrêmement précise, efficace et sûre présentant de très nombreuses possibilités d'utilisation pour lutter contre la douleur chronique. L'un de ses avantages est la possibilité de travailler avec des instruments très fins et donc d'assurer une extrême précision pour le traitement de la douleur chronique. Ce sont les indications médicales et le domaine d'application qui déterminent les dimensions des instruments utilisés pour le traitement de la douleur chronique. Cette méthode convient donc aux interventions mini-invasives de traitement de la douleur chez des patients souffrant de douleur chronique dans la région de la colonne vertébrale ; les indications les plus fréquentes sont les syndromes de douleurs articulaires zygapophysaires lombaires, thoraciques et cervicales. Une autre des indications fréquentes pour le traitement de la douleur chronique est le ganglion de Gasser pour les névralgies du trijumeau. À l'aide des électrodes adéquates, on peut également procéder à des applications telles que la rhizotomie, la drezotomie et la chordotomie.

Les zones nerveuses responsables de la motricité et de la sensibilité ne sont pas influencées ! On peut également proposer au patient une aide rapide dans des situations difficiles grâce à une technologie reposant sur la découverte que les informations de la douleur chronique sont acheminées au système nerveux via des voies nerveuses spéciales et des portillons situés dans la moelle épinière et le cerveau.

Systèmes pour le traitement de la douleur chronique