inomed

Neurochirurgie et extraction d'une tumeur

Les appréhensions vis-à-vis du traitement chirurgical des tumeurs tombent également grâce au neuromonitoring

Le neuromonitoring peropératoire ne vise pas uniquement à surveiller les fonctions importantes du système nerveux lors d'une intervention chirurgicale, et tout particulièrement en cas de tumeur, mais également à améliorer la qualité de vie postopératoire du patient de façon décisive.

Il compte donc parmi les méthodes dignes de notre époque utilisées lors d'interventions chirurgicales, à l'instar du neuromonitoring crânien dans la chirurgie de la base du crâne, des PES et PEM lors de la chirurgie des anévrismes et des interventions sur le tronc cérébral, de l'inversion de phase et des cartographies du cortex dans la chirurgie de la tumeur centrale.

Le chirurgien reçoit en continu un retour sur les fonctions de la région qu'il opère via la neurostimulation >> ou lorsqu'il extrait la tumeur. Cette procédure lui permet d'adapter sa stratégie d'opération aux résultats : les structures autres que la tumeur sont ménagées au maximum lors de l'opération, et le patient court un risque bien moindre de souffrir de limitations fonctionnelles postopératoires après l'extraction d'une tumeur.

Grâce aux possibilités techniques offertes par inomed, le neuromonitoring peropératoire s'avère efficace dans les domaines d'application suivants :

  • Chirurgie de l'épilepsie
  • Anévrismes cérébraux
  • Interventions sur le tronc cérébral
  • Interventions dans l'étage sus-tentoriel
  • Interventions dans la fosse crânienne antérieure
  • Neurinome de l'acoustique
  • Stabilisation de la colonne vertébrale
  • Tumeur de la moelle épinière et maladies congénitales
  • Rhizotomie dorsale sélective
  • Drezotomie
  • Chirurgie du plexus
  • Chirurgie des nerfs périphériques

Lors du traitement chirurgical de l'épilepsie, les procédés d'inomed servent aussi bien pour la stimulation du nerf vague que pour la stimulation cérébrale profonde. Grâce au neuromonitoring, les anévrismes se laissent facilement clipper. Les interventions sur le tronc cérébral, notamment celles rendues nécessaires par l'extraction d'une tumeur, peuvent être nettement plus sécurisées grâce au neuromonitoring. Les interventions à l'étage sus-tentoriel, nécessaires entre autres lors de l'extraction d'une tumeur, permettent une opération débouchant sur des complications nettement moins nombreuses grâce au neuromonitoring, celui-ci permettant une surveillance en continu des voies nerveuses au niveau du cerveau central. Ceci vaut également pour les interventions sur une tumeur située dans la fosse crânienne antérieure, lors de laquelle le monitoring aide à localiser et à surveiller les nerfs crâniens.

On constate également une diminution des risques lors de la stabilisation de la colonne vertébrale grâce à cet outil qui permet de bien surveiller les voies nerveuses motrices et sensorielles lors de l'intervention.

Le traitement d'une tumeur de la moelle épinière et des maladies congénitales est beaucoup plus facile à mettre en place grâce au neuromonitoring, le risque d'atteintes durables, pouvant aller jusqu'à la paralysie, étant pratiquement exclu. Cet outil et ses avantages sont devenus incontournables même dans la chirurgie du plexus ainsi que des nerfs périphériques. Grâce au neuromonitoring peropératoire, les traitements chirurgicaux des tumeurs et autres affections similaires sont bien moins anxiogènes pour les patients.