inomed

La stimulation cérébrale non invasive (NIBS)

De nouvelles voies thérapeutiques pour la psychiatrie

Dans le domaine de la psychiatrie, il est nécessaire de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques comme la stimulation cérébrale non invasive, un grand nombre de patients ne répondant qu'insuffisamment voire pas du tout aux mesures pharmacologiques et psychothérapeutiques.
Compte tenu de leur fréquence et de leur gravité, les maladies dépressives se prêtent particulièrement à un traitement par stimulation cérébrale. Ainsi, selon les estimations, les maladies dépressives concernent jusqu'à 20 % de la population mondiale, celles-ci étant souvent caractérisées par une évolution chronique- récidivante et un taux de mortalité relativement élevé.

Un complément judicieux au spectre thérapeutique existant

Les procédés transcrâniens, intracrâniens et non invasifs de stimulation cérébrale offrent des solutions pour compléter judicieusement le spectre thérapeutique en psychiatrie.
Dans le domaine de la stimulation cérébrale thérapeutique, il faut distinguer les procédés convulsifs comme la thérapie électroconvulsive (ECT) ou la thérapie par convulsion magnétique (TCM), les procédés non invasifs comme la stimulation magnétique transcrânienne répétitive >> (rTMS) et la stimulation transcrânienne par courant continu (tDCS >>). Les techniques invasives comme la stimulation cérébrale profonde (SCP) et la stimulation du nerf vague (SNV) constituent une troisième option dans la stimulation cérébrale thérapeutique.

Depuis des décennies, la thérapie électroconvulsive (ECT) est utilisée pour soigner les maladies dépressives très sévères et s'avère d'une grande efficacité.

La rTMS, une option thérapeutique très prometteuse

La stimulation magnétique transcrânienne répétitive (rTMS) est de plus en plus au cœur de la recherche depuis la mise au point de systèmes de stimulation magnétique éprouvés au début des années 1990. Cette forme de stimulation cérébrale non invasive peut aujourd'hui être considérée comme une option thérapeutique sûre, en particulier pour le traitement des maladies dépressives.

Une multitude d'études contrôlées sur l'utilisation du procédé non invasif de stimulation par courant continu (tDCS) donnent également des résultats encourageants.

Les procédés de stimulation cérébrale non invasive comme la rTMS ou la tDCS, permettent de moduler l'activité d’aires corticales bien spécifiques. Les effets thérapeutiques de l'utilisation de la stimulation cérébrale transcrânienne non invasive s'expliquent par la normalisation possible des dysfonctionnements présents lors des maladies dépressives, en particulier dans la région du cortex préfrontal.

Tolérance élevée de la stimulation cérébrale transcrânienne non invasive par le patient

Outre une efficacité comparativement bonne, l'avantage des procédés de stimulation cérébrale non invasive comme la rTMS et la tDCS tient à leur caractère indolore. De plus, ils sont bien tolérés et acceptés par le patient.

La société allemande pour la stimulation cérébrale en psychiatrie (DGHP) souligne dans la prise de position du comité du 15.08.2014 que « l'Institut allemand pour la documentation et l'information médicale (DIMDI) […] définit un code d'inscription OPS pour la sMTR (8-632) comme une des mesures thérapeutiques non invasives (https://www.dimdi.de/).»

La DGHP considère qu'il s'agit d'une étape importante dans le développement de la stimulation cérébrale non invasive (rTMS) comme procédé thérapeutique en psychiatrie et approuve expressément cette évolution.

Bibliographie : Voir les recommandations de la DGHP, par exemple:

Plewnia C, Padberg F. Transcranial and invasive brain stimulation for depression. Der Nervenarzt 2012;83:1006-1012

Lefaucheur JP, Andre-Obadia N, Antal A, et al. Evidence-based guidelines on the therapeutic use of repetitive transcranial magnetic stimulation (rTMS). Clin Neurophysiol 2014

Stimulation magnétique >>

stimulation transcrânienne à courant continu (tDCS >>)

Plus d’informations >